Atelier d’écriture dramaturgique

Atelier d’écriture dramaturgique
théâtre l’Escaouette, Moncton (NB), du 21 au 29 août 2018
sous la direction l’auteur Louis-Dominique Lavigne

L’ATELIER

Le théâtre l’Escaouette, cette année encore, poursuit sa mission et son engagement dans le développement dramaturgique des auteurs francophones en organisant un stage intensif d’écriture de 9 jours.

L’objectif de cet atelier d’écriture est de permettre aux participants de traverser toutes les étapes du processus d’écriture d’une pièce de théâtre, de la naissance de l’idée jusqu’au texte final. À travers ce parcours sont examinées les notions de recherche d’un sujet, d’équilibre des personnages, de plan, de construction et de fable. Certaines techniques sont particulièrement analysées comme celles liées au dialogue, à la situation, aux personnages et au récit.

Le programme se  bâtit autour d’un projet que chaque participant doit mener à terme. De nombreux exercices plus ponctuels permettront d’éclaircir certains aspects plus généraux de la dramaturgie afin de mieux enrichir l’œuvre à construire.

En suivant le fil de l’œuvre individuelle à créer, l’atelier cherche toujours à demeurer dynamique, vivant, voire amusant. Au-delà de toute technique, il importe de stimuler l’indispensable plaisir d’écrire. Les participants sont invités à intervenir de toutes sortes de manières tout au long du processus.

Si les exercices se veulent les plus variés possibles, l’écriture puise une grande partie de son énergie dans son rythme intensif. L’atelier privilégie le marathon, le lieu clos, la rapidité et le rapprochement des échéances. L’expérience démontre que tous ces facteurs pourtant circonstanciels donnent à la créativité des dimensions insoupçonnées.

L’ANIMATEUR : Louis-Dominique Lavigne

Louis-Dominique LavigneCodirecteur artistique du Théâtre de Quartier depuis plus de quarante ans, Louis-Dominique Lavigne a été actif au sein de plusieurs compagnies (le Théâtre Petit à Petit, le Théâtre Parminou, le Théâtre de Carton, le Théâtre de l’Œil, le Théâtre de l’Avant-Pays, le Théâtre Bouches Décousues, le Théâtre Pince-Farine, le Théâtre les gens d’en bas, les Deux Mondes, le Théâtre Populaire d’Acadie, le Théâtre de l’Escaouette, le Théâtre de la Vieille 17 et le Théâtre de Galafronie). Il a collaboré avec plusieurs autres compagnies belges comme le Théâtre du Tilleul, la compagnie de l’Anneau, la compagnie de la Casquette et Cie Arts & Couleurs.

Il possède un baccalauréat spécialisé en art dramatique de l’Université du Québec à Montréal, une formation en interprétation du Conservatoire d’art dramatique de Montréal (1972-1975), et a fait des stages avec Giovanni Poli et Augusto Boal (commedia dell’arte et théâtre-forum).

Scénariste, metteur en scène, animateur et comédien, il a participé à de nombreuses créations collectives, a animé différents ateliers d’écriture ou de formation théâtrale et a collaboré à plusieurs séries télévisées pour l’enfance et la jeunesse. Auteur dramatique prolifique, il écrit, seul ou avec d’autres, plus d’une cinquantaine de pièces de théâtre, destinées aussi bien à la petite enfance et aux adolescents qu’à un public adulte. Sa pièce Les petits orteils, mise en scène de Lise Gionet, qui a été sélectionnée par l’Académie québécoise du théâtre comme finaliste dans la catégorie Production Jeunes publics de l’année 1998, a obtenu en 1992 le Prix littéraire du Gouverneur général du Canada. En 1994, Kobold!, écrit avec Jean Debefve, gagne deux des trois prix octroyés lors des Rencontres/Sélection à Huy (Belgique) : le Prix du Ministre de la Culture (Éric Tomas) et le Coup de Cœur de la presse belge. Par ailleurs, Louis-Dominique Lavigne signe l’adaptation du conte des frères Grimm L’histoire du petit tailleur; ce conte musical produit par la SMCQ Jeunesse a mérité en 1998 le prix OPUS pour la production de l’année – catégorie jeune public – décerné par le Conseil québécois de la musique. En décembre 2008, on assistait au lancement de sa 15e pièce, publiée cette fois chez Dramaturges Éditeurs, Glouglou, dans une mise en scène de Lise Gionet, qui, en 2005 valait au Théâtre de Quartier le Masque de la production « Jeunes Publics » et qui faisait partie des finalistes du Prix liittéraire du Gouverneur général du Canada en 2011. Après N’habeck Je t’aime et Bobby ou le vertige du sens, un spectacle solo, qu’il interprète lui-même, le théâtre de Quartier produit ses deux derniers textes : Guerre et Paix (prix de la critique 2016 en théâtre jeunesse) et Ça.  Depuis plusieurs années, il enseigne l’écriture pour les jeunes publics à l’École Nationale de Théâtre et l’improvisation à l’École de Théâtre du Cégep Saint-Hyacinthe.

L’atelier se déroule sur 9 jours au théâtre l’Escaouette à Moncton.
Il s’organise par deux sessions de travail de 3 heures chaque jour.
 

PROGRAMME

Recherche d’un sujet

Jour 1: LE DIALOGUE

Comment l’écriture spontanée d’un dialogue peut déjà être un moteur de développement d’une idée, d’une situation, d’une œuvre? C’est par cette simple question que l’atelier commence.  Pendant cette journée d’échauffement, à travers un exercice autour de la page blanche, les notions de rythme, de musicalité et de construction sont plus particulièrement abordées.

Jour 2 : L’INSPIRATION

En une deuxième journée, le participant apprend à mieux se servir de son inspiration et à nourrir les idées qui émergent.

Jour 3: LA SITUATION

La situation est un des moteurs majeurs de la dramaturgie. Pour certains auteurs elle domine toutes les autres facettes de l’écriture. La situation peut mener au personnage voire même au récit de l’œuvre en chantier. Pendant cette 3e journée les participants cernent ce qui caractérise l’essence même de cette notion parfois difficile à saisir.

Jour 4: LE PERSONNAGE

Une seconde approche place le personnage comme point névralgique d’une pièce de théâtre. Les personnages peuvent mener à la situation et au récit. À partir de ces nouvelles consignes, les participants personnifient des caractères qui les conduisent vers les prémices de leur dramaturgie en devenir.

Jour 5: LE RÉCIT

Comment peut-on raconter une bonne histoire? Plusieurs dramaturges voient dans le conte traditionnel les étapes fondamentales de la fable à faire naître. Pendant cette cinquième journée, à partir des différentes fonctions du conte, émergent des personnages et des situations d’une efficacité toute aussi concluante.

ÉCRITURE DE LA PIÈCE

Jour 6: LE PLAN

Travail sur le plan et la notion de structure.

Les participants entreprennent la rédaction d’un canevas dramatique élaboré où le récit et les différents éléments qui le dynamisent sont mis en évidence.

Jour 7: ÉCRITURE

Élaboration spontanée d’une première version où le dialogue mène tout, selon les paramètres du plan, du canevas dramatique et de l’intuition de l’auteur. Ici le dialogue s’inspire des contraintes pour mieux les dépasser.

Jour 8: L’ÉCRITURE CONTINUE

Poursuite de l’écriture du dialogue. L’animateur suit chacun individuellement. À la fin de la journée des lectures d’extraits sont proposées devant le groupe.

Jour 9: CONCLUSION

Les participants terminent la première version de leur pièce. En fin de journée des lectures devant le groupe de nouveaux extraits concluent l’atelier. Les participants établissent ensemble une synthèse des principales étapes du stage qui vient de se terminer.

TARIF

Jusqu’au 2 juin à minuit

Tarif régulier: 350.00$
Tarif collaborateur du théâtre l’Escaouette: 250.00$
Tarif corporatif: 500.00$

À partir du 3 juin

Tarif régulier: 400.00$
Tarif collaborateur du théâtre l’Escaouette: 300.00$
Tarif corporatif: 550.00$

Copyright 2016 théâtre l’Escaouette