Tribus

Mercredi 5 octobre 2016, 19 h 30

Dès sa création en 2010 au Royal Court Theatre de Londres, Tribus se voit couvert de critiques élogieuses, reçoit plusieurs prix prestigieux tels que 2012 New York Drama Critics Circle Award, Best Foreign Play et connaît un succès international.

Billy, sourd de naissance, lit sur les lèvres tandis que Sylvia, qui perd peu à peu l’ouïe, communique par signes. Leur rencontre va marquer le début d’un bouleversement profond chez le jeune homme, ainsi qu’au sein de cette famille verbomotrice, dont chacun des membres entretient un rapport très personnel au langage, qu’il soit parole, musique ou geste. Une famille pourtant pas si différente des autres où le verbe est provocation, agression, solitude, cris, prise de pouvoir, plaintes, autodéfense, sans jamais cesser de tourner en périphérie de ce qui reste un non-dit : l’amour.

Et que celui qui n’a jamais prononcé une parole de trop leur jette la première pierre!

Production : LAB87
Texte : Nina Raine
Mise en scène : Frédéric Blanchette
Traduction et assistance à la mise en scène : Jean-Simon Traversy
Distribution: Catherine Chabot, Benoît Drouin-Germain, David Laurin, Jacques L’Heureux, Monique Spaziani et Klervi Thienpont
Éclairages : André Rioux
Décor, costumes et accessoires : Elen Ewing
Direction artistique : David Laurin (LAB87)

Durée : 1 h 45, sans entracte

 

Achetez vos billets

Buy your tickets

Photo : PL2 Studio

Ce que la presse en dit

« Davantage qu’une œuvre sur la surdité, le texte de Nina Raine nous parle d’incommunicabilité dans les familles modernes, que l’auteure nomme « tribus », celles qui entendent et celles qui ne le veulent pas. » Mario Cloutier, La Presse, 18 novembre 2014

« L’étonnement de R. a été sans borne lorsqu’elle a su que David Laurin, qui joue Billy, n’était pas sourd dans la vraie vie. Selon elle, sa maîtrise de la LSQ (langue des signes québécoise), fluide et gracieuse, est quasi parfaite. Je me suis laissée dire que David Laurin a suivi des cours pendant un an et demi pour ce rôle. L’investissement des comédiens dans un rôle n’est donc pas un vain mot. » Marie-Claire Girard, Huffingtonpost.ca

Copyright 2016 théâtre l’Escaouette